3 règles à connaître lorsque l’on ouvre un commerce

3 règles à connaître lorsque l’on ouvre un commerce

L’ouverture de votre commerce sera le fruit d’une étude de marché poussée et d’un « business model » qui tient la route. Vous avez pour cela déniché l’emplacement idéal et avez imaginé l’agencement dans les moindres détails. Vous commencez d’ailleurs à recruter les premiers membres de votre équipe de vente. Mais avez-vous pensé à tout ?

La mise aux normes de votre commerce dépend, entre autres, de 3 points essentiels qu’il est important de mettre en œuvre dès lors que votre projet d’installation avance. Ces points passent par le choix du système d’encaissement conforme aux nouvelles normes, par la sécurité des clients et des salariés, comme par les assurances adaptées. Toutes ces étapes sont détaillées ci-dessous.

Un système d’encaissement certifié nf525

Depuis 2018, les commerçants doivent être en mesure d’attester que le système informatisé servant à encaisser les règlements des clients réponde aux normes en vigueur en matière de lutte contre la fraude à la TVA. Afin de garantir l’inviolabilité et la traçabilité de ces données, INFOCERT et AFNOR Certification ont développé un certificat remplissant ces conditions.

A lire également : Comment ouvrir un commerce de droguiste ?

À moins que vous n’utilisiez le fastidieux facturier papier pour émettre vos factures, auquel cas vous n’êtes pas encore concerné, disposer d’une caisse enregistreuse certifiée nf525 vous garantit d’être en règle au regard de l’administration fiscale.

Les règles de sécurité anti-incendie

Avant l’ouverture de votre commerce, l’administration contrôlera qu’aucun manquement aux règles de sécurité ne vienne reporter vos projets. Car en tant qu’établissement recevant du public, votre boutique est tenue de respecter des normes strictes. À cet effet, le registre de sécurité réunit toutes les informations de mise en conformité des lieux et la formation à la sécurité au travail du personnel.

En cas d’incendie, il vous revient l’obligation de mettre à l’abri clients et employés. Aucune obstruction ne doit compromettre l’évacuation rapide et ordonnée des lieux. Une signalétique lumineuse indique les issues de secours. Extincteurs et alarmes répondront à un cahier des charges bien précis. De même, assurez-vous que le bâtiment a fait l’objet d’une isolation adéquate, et que les matériaux avec lesquels est agencé votre magasin résistent au feu. Toutes les installations dites sensibles (gaz, électricité, ventilation et chauffage) seront contrôlées de façon régulière.

A lire également : Quels sont les avantages des alarmes sur votre commerce ?

Les assurances à prendre en compte

Pour assurer votre commerce, les compagnies d’assurance proposent des contrats multirisques englobant la couverture des locaux professionnels, la protection civile et certaines protections financières. Sont prise en compte notamment dans le calcul des cotisations : le prévisionnel, la surface commerciale, ou encore la zone géographique.

Selon le secteur d’activité de votre commerce, vous aurez des besoins spécifiques. Pour exemple, ceux d’un fleuriste seront différents d’une boutique de prêt-à-porter ou d’un institut de beauté. Les assureurs ont bien intégré ces aspects et mettent à disposition des options qui viennent compléter le package multirisque de base. Certains exigeront des dispositifs particuliers, notamment en matière de prévention contre le vol. Les commerces de bouche pourront, entre autres, souscrire aux options les prémunissant des conséquences d’une intoxication alimentaire due à l’un de leurs produits, ou à l’arrêt de la production du froid.

A lire également : Magento et Adobe Commerce b2b