Pexels-fox-1595385 jpg

Semaine de quatre jours en France : la position de l’Hexagone VS Europe

La semaine de 4 jours est l’un des sujets les plus discutés en 2023. Alors qu’au Royaume-Uni, ce test effectué à grande échelle pendant 6 mois a obtenu un franc succès, près de 40 % des Français seraient favorables à réduire leur semaine de travail à 4 jours, comme rapporté par BFM Business. Comment se positionnent la France et le reste de l’Europe ?

 

 

Cvapp, plateforme proposant des modèles de CV et lettre de motivation s’est intéressé au sujet de la semaine de 4 jours et a cherché à comprendre comment la France et les autres pays d’Europe envisagent cette nouvelle évolution du monde professionnel. Cette réduction du temps de travail permettrait notamment une meilleure qualité de vie en entreprise et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, évitant l’épuisement professionnel.

A lire également : Tout savoir sur les jours de fractionnement

 

Actuellement, le gouvernement français n’a pas enclenché de réelle initiative à ce sujet, à l’inverse de pays voisins tels que l’Espagne, la Belgique et le Royaume-Uni qui ont pris des mesures fortes :

 

·       Belgique : premier pays de l’UE à autoriser les salariés à terminer leur semaine de travail en quatre jours au lieu de cinq, mesure qui est entrée en vigueur en novembre 2022.

·       Espagne : une phase de test de 2 ans a été lancée dans les petites entreprises du secteur industriel de moins de 250 salariés. Suite à cette expérimentation, le gouvernement décidera de l’étendre ou non à toutes les entreprises Espagnoles.

·       Royaume-Uni : l’expérimentation a duré 6 mois et a impliqué plus de 70 entreprises volontaires et de 3 300 salariés. Ce test a été couronné de succès, démontrant que la productivité s’est maintenue, voire légèrement améliorée selon un tiers des entreprises participantes.

A lire également : Détachement de salariés en France : les mesures pour lutter contre le travail illégal

 

En France, selon une étude, 37 % des Français seraient favorables à une réduction du temps de travail, mais sans réduction de salaire. 22 % des travailleurs interrogés considèrent que cette modalité deviendra la norme d’ici à quelques années.

 

Bien qu’aucune mesure n’ait encore été prise par le gouvernement français, certaines entreprises privées et villes ont pris certaines initiatives. C’est le cas notamment à Lyon, dont le président de la Métropole de Lyon a récemment annoncé l’expérimentation de la semaine de 4 jours sur base du volontariat de 5 500 de leurs agents à partir de septembre 2023.