Salon Solutions - ERP : que retenir de l'édition 2022 ?

Salon Solutions – ERP : que retenir de l’édition 2022 ?

Petit rappel qui s’impose avant de débuter : le terme ERP renvoie à un progiciel qui permet la gestion de l’ensemble des processus opérationnels d’une société. Pour ce faire, celui-ci va intégrer plusieurs fonctions de gestion, notamment concernant les commandes, le stock et la comptabilité. Grâce à une base de données unique et commune et la gestion du rôle de chaque utilisateur, cela permet ainsi de simplifier grandement certains processus en évitant les erreurs puisque tout est actualisé en temps réel. En 2022 ; il y a eu un salon Solutions à ce sujet. Quelles sont les grandes tendances à retenir ?

Le Cloud présent dans une grande majorité des projets ERP

On commence par un chiffre marquant : environ 80% des projets ERP se font aujourd’hui dans le Cloud et ce pourcentage est amené à augmenter dans les années qui vont suivre. Il faut dire que le Cloud possède de nombreux avantages, comme celui de pouvoir être mis en place à très faible coût de départ pour les entreprises. En effet, il n’est plus nécessaire d’investir dans un parc de machines physiques avec des serveurs imposants et coûteux. Et pour une petite entreprise qui ne possède pas de département IT, ce type de solution est l’idéal.

D’autre part, l’ERP Cloud est sans cesse enrichi et mis à jour par les éditeurs en temps réel. Ainsi au niveau de la maintenance, on constate également une réduction des coûts de main-d’œuvre. Enfin, on peut aussi souligner le fait que les mises à jour régulières sont un gage de sécurité accru avec la certitude de posséder un logiciel conforme.

Un attrait très important pour le No Code et Low Code qui risquent de devenir la norme

Alors que les chiffres concernant le Cloud n’étaient pas une grosse surprise, l’attrait grandissant pour le No Code (= application où on ne code rien du tout) et le Low Code (= application où il y a certains nombres de fonctions préenregistrées, mais où l’utilisation d’un code de faible niveau est nécessaire pour les réglages) a de quoi étonner au premier abord. En effet, on réservait jusque-là cette approche aux petites entreprises qui n’avaient que très peu de moyens et qui devaient se contenter des fonctions essentielles, sans chercher à pousser loin la personnalisation.

A lire également : Former son personnel au cloud computing : un investissement rentable

Pour vous donner un ordre d’idée, si on se base sur les chiffres de ce résumé du Salon Solutions – ERP de 2022, on peut s’attendre à ce que 70% des applications d’entreprises soient No Code ou Low Code vers 2025. Pour atteindre cette proportion, on table ainsi sur une hausse de la croissance du secteur de 30% par an. Cela s’explique par plusieurs facteurs dont le plus évident est que le No Code fait grandement diminuer les temps de développement (plus de 50%), ce qui fait diminuer fortement les coûts au final.

De plus, dans un contexte où on manque cruellement de développeurs, se passer de recrutements longs et parfois infructueux est un vrai plus pour les entreprises qui manquent de visibilité sur le long terme. Celles-ci auront par ailleurs le sentiment de mieux s’approprier les outils de l’ERP vu qu’il n’est plus nécessaire d’avoir des connaissances poussées pour les maitriser.

Un ERP avec davantage de modularité

Enfin, pour les entreprises qui hésitent encore à utiliser une solution ERP, on peut noter que la tendance va vers de grandes améliorations au niveau de l’aspect modulaire. Fini donc le système unique avec de grosses lourdeurs liées au fait que les processus étaient dépendants entre eux (d’où des ralentissements lors des pics de demande). Désormais, avec la nouvelle approche modulaire, les fonctions clés sont décomposées en applications indépendantes, d’où une plus grande souplesse et flexibilité. On peut dire que c’est une bonne nouvelle !